Le gisement des données de santé est formidablement prometteur, son exploitation calamiteuse

Depuis 2004, un “entrepôt de données” retraite les “feuilles de soins”. Chaque acte médical (près de 500 millions par an), chaque feuille de soins (plus de 1,2 milliard par an), chaque séjour hospitalier (plus de onze millions) font l’objet de plusieurs lignes d’informations renseignant les consommations remboursées à des assurés sociaux. Formidable gisement d’informations quasiment unique au monde car ces informations sont le plus souvent dispersées. Oui mais voilà, cette mine de data est quasi inexploitée. Accès dissuasifs, complexité des process, flou dans la gouvernance.

Les organismes privés lucratifs – assureurs, laboratoires, chercheurs du privé – ne peuvent en profiter. L’Etat n’a pas pris la mesure de cette richesse. D’ou une sous utilisation critique à l’heure ou les données sont des éléments stratégiques pour la politique de santé. Tellement essentielles que de nouveaux acteurs disruptifs – Google, IBM, Orange etc.- risquent de bousculer brutalement ce marché de la santé, en révolution

Par Patrick Arnoux pour le nouvel Economiste le 11/5/2017   > Lire l’article en entier

Publicités