Content marketing, produire plus et mieux

Clé de voûte de l’inbound marketing, la diffusion de contenu coûte cher, pour un ROI difficilement mesurable. Comment produire, plus, mieux, et de manière plus visible?
Livres Blancs, articles de blog, newsletters, vidéos, infographies… point de stratégie de content marketing réussie sans mise en place d’une véritable force de production, capable de créer des contenus variés, qualitatifs et abondants. Poursuivre la lecture « Content marketing, produire plus et mieux »

What is digital transformation, and what does it require?

Technology is the means to transformation, not an end in itself

Most executives agree that a digital transformation is necessary to remain competitive, keep pace with disruptive technologies and evolve with shifting consumer expectations. Still, many are unsure of how to start the process, or even what it entails. Poursuivre la lecture « What is digital transformation, and what does it require? »

Big Data is not a strategy. It is just a lot of data.

Par Alberto Brea pour advertising Age – Mai 2017

Automation is not a strategy. It is a process done by machine.
Hyper-personalization is not a strategy. It can be creepy.
Content is not a strategy. It is everything.
Social media is not a strategy. It is all media.
Innovation is not a strategy. It is a fancy word for new ideas.
Bots is not a strategy. It is a software that runs automated tasks.

A strategy is not about big words. It is all about choices.

Focusing on a segment of the market is a strategy.
Prioritizing a geographic location is a strategy.
Emphasizing a brand attribute is a strategy.
Doubling down on a particular time of the year is a strategy.
Solving a particular problem is a strategy.

Avoid jargons, make clear choices.

Alberto Brea is Executive Director, Engagement Planning at OgilvyOne Worldwide

 

Transition média, ou comment les marques se transforment en médias grâce au content marketing

Accompagner les marques dans leur transformation digitale et dans leur transformation média est un enjeu central du content marketing. Car quelle que soit la taille des organisations, les marques ont aujourd’hui l’opportunité de s’affranchir des intermédiaires pour devenir leur propre support média.

Pendant les 3 minutes que vous consacrerez à la lecture de cet article, 1.500 heures de vidéos seront uploadées sur YouTube, 9 millions de nouveaux posts seront publiés sur Facebook, 4.200 nouveaux articles seront mis en ligne via WordPress. Ces chiffres illustrent bien l’ampleur du tsunami de contenu que nous vivons.

Raz-de-marée informationnel
Inéluctablement, ce raz-de-marée informationnel se heurte aux limites de notre réalité physique: les journées ne durant que 24 heures, notre temps disponible pour assimiler un flux d’information en constante augmentation manque.

Pour être visible, les marques doivent redoubler d’efforts.
Dans ce paysage de plus en plus saturé, les marques doivent redoubler d’efforts et de moyens pour surnager au milieu de cet océan de contenu, pour développer leur notoriété, transmettre leurs messages et finalement augmenter leur chiffre d’affaires.

Mais si les leviers paid media permettent d’émerger facilement grâce à des budgets plus ou moins importants, la visibilité acquise s’évapore aussitôt les campagnes terminées et les crédits épuisés.

De plus en plus de marques saisissent désormais l’intérêt de se doter d’une stratégie de contenu permettant de positionner leur propos sur le long terme, de se distinguer en tant qu’acteur crédible, de fidéliser une audience et de doper leur trafic organique grâce aux bénéfices précieux du SEO.

Du vendeur à l’éditeur
Et parce que bien souvent, le premier arrivé rafle la mise, il existe une véritable opportunité à parler avant les concurrents, pour peu que les contenus créés soient de qualité et leur performance mesurable.

Dans cette optique, les marques intègrent de plus en plus les techniques jusque-là cantonnées aux rédactions et aux acteurs de l’audiovisuel. En se faisant accompagner par une agence ou, pour les plus matures, de manière autonome.

De la production erratique de contenu – « pour être présents dans Google » – à la publication régulière de contenu à haute valeur ajoutée, en passant par la mise en place de studios intégrés, une transition subtile est en train d’opérer. Les marques deviennent de véritables médias, se dotant des mêmes attributs et méthodes.

Pour certaines marques devenues média, cette démarche poussée à l’extrême a même rencontré un succès impressionnant grâce à l’élaboration minutieuse de contenus champions, si bons qu’ils doivent être partagés. On a bien en tête l’exemple de la Harvard Business School et de sa revue, Harvard Business Review. Celle-ci, publiée dès 1922 et disponible offline et online en 12 éditions locales, a contribué à la renommée internationale de l’école de Boston.

Sur le même modèle, Red Bull et sa revue The Red Bulletin publie désormais dans 10 pays et 5 langues pour tous ceux qui souhaitent repousser les petites et grandes limites du quotidien: 550.000 abonnés payants.

Plus récemment, la chaîne d’hôtels Marriott a décidé d’intégrer un content studio au coeur même de son écosystème digital. Celui-ci a déjà produit une série télé (The Navigator Live), une trilogie de courts métrages à succès (Two Bellmen Three) et un magazine en ligne (Marriott Traveler).

Mais revenons à la France: si les marques hexagonales n’en sont pas encore à ce degré de maturité et d’investissement, elles en prennent clairement le chemin. Et pour ne pas rester au bord de la route du content marketing, elles ont tout intérêt à se faire accompagner de professionnels du contenu.

Par Grégory Dominé pour emarketing.fr le 18 mai 2017

La santé française malade de ses données

Le gisement des données de santé est formidablement prometteur, son exploitation calamiteuse

Depuis 2004, un “entrepôt de données” retraite les “feuilles de soins”. Chaque acte médical (près de 500 millions par an), chaque feuille de soins (plus de 1,2 milliard par an), chaque séjour hospitalier (plus de onze millions) font l’objet de plusieurs lignes d’informations renseignant les consommations remboursées à des assurés sociaux. Formidable gisement d’informations quasiment unique au monde car ces informations sont le plus souvent dispersées. Oui mais voilà, cette mine de data est quasi inexploitée. Accès dissuasifs, complexité des process, flou dans la gouvernance.

Les organismes privés lucratifs – assureurs, laboratoires, chercheurs du privé – ne peuvent en profiter. L’Etat n’a pas pris la mesure de cette richesse. D’ou une sous utilisation critique à l’heure ou les données sont des éléments stratégiques pour la politique de santé. Tellement essentielles que de nouveaux acteurs disruptifs – Google, IBM, Orange etc.- risquent de bousculer brutalement ce marché de la santé, en révolution

Par Patrick Arnoux pour le nouvel Economiste le 11/5/2017   > Lire l’article en entier

Quelles astuces pour une stratégie de content marketing réussie ?

Au-delà de l’automation ou de l’account-based, le contenu est l’une des trois stratégies motrices de l’engagement mises en avant du 23 au 26 avril au Marketing Nation Summit de Marketo. Retour sur les trois grands principes à respecter pour un content marketing efficace.
« Je crée, donc j’existe. » Invité du Marketing Nation Summit de Marketo, Jeff Bullas n’a pas attendu le succès de web social pour y croire: dès 2009, il lance son blog consacré aux réseaux sociaux. 16 millions de visiteurs plus tard, l’homme aux 500 000 followers sur Twitter avoue lors d’un atelier consacré au content marketing n’avoir investi à l’époque que 10 dollars dans son site: « Il n’y a pas besoin d’un gros budget pour faire du contenu de qualité, mais de persévérance. Plus vous publiez, plus vous vous améliorez. Le content marketing est un marathon, pas un sprint. Ce n’est pas une dépense, c’est un investissement. On surestime souvent ce qu’on peut faire en un an, alors qu’on sous-estime ce qui est réalisable en dix. »
Un diagnostic partagé par Amanda Todorovich, directrice du content marketing chez Cleveland Clinic, l’établissement de santé derrière Health Essentials. En cinq ans, ce blog est devenu le site américain de référence en matière de santé, avec 5 millions de visiteurs mensuels. « Nous voulions faire connaître l’établissement mais pas seulement auprès des patients. Cela passe par des contenus de valeur, qui parlent aussi santé et bien-être. Les gens ont besoin de savoir que vous pensez à eux, même quand ils vont bien. » Là aussi, cette stratégie définie dès le lancement du blog n’a jamais dévié : « Nous publions tous les jours, dans un langage simple, que nous utiliserions pour parler santé à un ami. La seule limite : la disponibilité des médecins, avec qui nous ne créons que des contenus originaux, quitte à faire mieux mais moins. »

La méthode Buzzfeed : mots simples, visuels et A/B Testing
« Le mieux est l’ennemi du bien » avance de son côté Jeff Bullas, bien décidé à partager ses lumières avec l’assistance. « Google et Facebook ne tolère pas le silence. Il faut faire du content marketing en continu, et non par campagne. Or si vous ne cherchez à publier que des contenus parfaits, vous ne publiez jamais. Fixez une stratégie et améliorez vos contenus avec le temps, mais l’essentiel c’est de les partager gratuitement et efficacement. » Pour séduire, il faut être intéressant: faire des titres accrocheurs, poser des questions, mettre des visuels et utiliser des mots simples, qu’un collégien pourrait comprendre. « Regardez Buzzfeed : avec ces techniques, leurs contenus deviennent facilement viraux. Il faut faire de nombreux tests pour trouver ce qui fonctionne le mieux. »
Pour Health Essentials, cela passe par une stratégie social media efficace:  » Nous publions sur tous les réseaux, mais avec des contenus adaptés à chacun. Nous envoyons par exemple des snaps qui illustrent comment bien s’asseoir face à un ordinateur à notre jeune audience. Sur Pinterest, nous publions près de 80 infographies par an, sur des sujets très féminins », explique celle qui a été nommée personnalité content marketing de l’année 2016 outre-Atlantique. « Nous faisons beaucoup de tests. Nous utilisons l’analytique pour optimiser au maximum nos partages sur les réseaux sociaux. Nos sources de trafic sont aussi l’emailing (deux newsletters hebdomadaires pour un taux d’ouverture de 60%, ndlr) et la publicité avec Outbrain, qui est génial pour les contenus de qualité. » Un levier coûteux mais qui permet au site de toucher de nouvelles audiences et de générer désormais assez de revenus pour être à l’équilibre.

Par Clément Fages le 28 avr. 2017 pour e-marketing.fr

6 solutions collaboratives testées et approuvées

La SNCF & Bubble Plan, Sanofi Pasteur avec Wisembly, Ader Finance avec Slack, ISKN avec Mural, Kontest avec Trello ou encore Muxu Muxu avec Missive… Les marques misent elles-aussi sur le travail collaboratif et témoignent sur les solutions qu’elles ont trouvé pour l’impulser et l’entretenir.

La SNCF gagne du temps avec Bubble plan

Olivier Armand pilotait une multitude de projets au sein du département emploi et parcours à la direction cohésion et ressources humaines de la SNCF. « J’avais besoin d’un système qui les répertorie et mesure leur avancement. » Il découvre Bubble plan, outil intuitif conçu pour du suivi de projet. L’équipe de 150 collaborateurs se l’approprie rapidement: « Le mot bubble est entré dans notre jargon ! Cela motive clairement les équipes. » L’outil a été adapté avec notamment des modules de réunion. Autre avantage et pas des moins, Bubble plan facilite la transmission en cas de changement de poste. « On est le seul département à utiliser cet outil made in France, c’est aussi intéressant en termes d’image. »

Sanofi Pasteur dynamise ses réunions avec Wisembly

« On a acheté une licence pour toute l’entreprise. » Responsable du digital achez Sanofi Pasteur, Cécile Barral-Baron se félicite de cet investissement. « On utilise Wisembly de façon très régulière, ça nous a permis de redynamiser les réunions. Chez nous ça peut aller jusqu’à 300 personnes! » Le module de questions-réponses permet à la fois au présentateur de maintenir l’attention de l’auditoire avec des quiz, et aux participants de prendre la parole sans complexes. Le tout avec un simple lien, sans avoir à télécharger d’application. Autre fonctionnalité intéressante, les emojis qui permettent en temps réel de mesurer l’enjeu des questions. « On l’utilise également pour la coconstruction d’idées », note Cécile Barral-Baron.

Kontest booste sa productivité avec Trello

Trello, ce tableau pour tout organiser ensemble est dans l’ADN de Kontest, créateur de jeux marketing depuis 2010. « On s’y est mis dès sa sortie, explique Jacinthe Busso, cofondatrice. On l’a déployé dans les équipes marketing mais aussi production, où il permet de réduire les mails et les réunions tout en améliorant la communication et l’organisation. » Ici, les tâches sont découpées en tickets, avec des colonnes « to do »,  » in progress » et « done ». « Cela permet de mieux prioriser et s’approprier ses missions. » Kontest a d’ailleurs créé une extension qui génère une roadmap avec les tickets en cours d’utilisation. Et les collaborateurs se mettent à Trello à la maison!

ISKN pour des brainstormings créatifs avec Mural

Chez iskn, start-up grenobloise qui a conçu Slate, une ardoise intelligente bouleversant la pratique du dessin numérique, on utilise Mural pour les brainstormings, sur proposition de Thomas Cristina de Carvalho, responsable digital aka. « La cocréation, c’est le Graal du travail collaboratif. » L’outil est une sorte de tableau virtuel où l’on peut glisser tout ce qui permet « de dessiner une pensée collective, même à distance, avec des fonctions ».

Amélie Riberolle le 9 mai 2017 pour e-marketing.fr > Lire l’article complet

Six solutions pour collecter, centraliser et organiser la data

L’augmentation du volume de données dont disposent les directions marketing, doublée de la multiplication des sources, permet de prendre de bonnes décisions. Mais peut aussi virer au casse-tête. Panorama de six solutions pour bien organiser une stratégie « data gérées ».

1. Nettoyer la base de données

2. Réconcilier des data disparates

3. Contourner des silos

4. Révéler le potentiel des données clients

5. Pilotage en temps réel

6. Modéliser le mix marketing

Publié par Christine Monfort le 2 mai 2017 pour e-marketing.fr > lire l’article complet

La réalité augmentée, le nouveau pari de facebook

Plutôt que de développer un casque ou des lunettes, le réseau social mise sur les smartphones pour superposer des éléments virtuels aux vidéos et aux photos.

Depuis un an, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, tente de faire de la vidéo le premier moyen d’expression sur le réseau social. En moins de douze mois, la société a déployé une offre de streaming en direct, mis le bouton « caméra » au centre de ses différentes applications et introduit les « Stories », des compilations de courtes vidéos disparaissant au bout de 24 heures, sur Instagram, Facebook et Messenger. Mardi, à l’occasion du F8, la conférence pour développeurs organisée par le réseau social à San José, Mark Zuckerberg a expliqué que ce n’était que la première partie du plan et dévoilé « la deuxième étape »: la réalité augmentée.

Par Anaïs Moutot le 18/04 pour lesechos.fr  > lire l’article complet

Les entrepreneurs de l’ESS préoccupés par leur financement

Par Pierre Lelièvre le 28/04/2017 pour chefdentreprise.com

S’ils ont le moral au beau fixe, les entrepreneurs sociaux voient l’avenir positivement, d’après un baromètre OpinionWay pour La Ruche et Aviva. Malgré cette dynamique, les problématiques de financement constituent un enjeu pour la très grande majorité d’entre eux.

Retrouvez cet article sur : www.chefdentreprise.com – « Les entrepreneurs de l’ESS préoccupés par leur financement »