Applis mobiles…1 mois et puis voilà

Ariane Gaudefroy pour Les Echos.fr le 29/03/2016

appli mobie__La plupart des applications mobiles sont désinstallées dans le mois qui suit leur téléchargement. Pour éviter que la vôtre connaisse ce sort, misez sur les contenus serviciels, le référencement et n’oubliez de promouvoir son utilisation.

95% des applications mobiles seraient désinstallées dans les trente jours qui suivent leur téléchargement, selon Google. Outre le poids des applications sur la mémoire disponible des smartphones ou leur lourdeur d’exécution qui dépenserait trop de batterie, le manque d’intérêt des utilisateurs est une cause importante de cette désaffection.

1/ Engager grâce aux contenus serviciels

« Beaucoup d’entreprises en créent trop rapidement, pour répondre à un effet de mode, sans se soucier que l’outil apporte une réelle valeur d’usage, affirme Isabelle Oudot-Klein, directrice commerciale, marketing et communication d’Activis. Aujourd’hui, tout l’enjeu sur les applications mobiles consiste à apporter des services à valeur ajoutée. Cela exige de se recentrer sur les besoins du consommateur et de l’accompagner dans sa vie quotidienne. » La spécialiste cite l’exemple d’AccorHotels. Lancée en 2015, l’application du groupe ne permet pas seulement de réserver un hôtel. Elle propose également plus de 70 guides de voyages et propose de centraliser tous les détails et réservations liées aux voyages – location de voitures, restaurants, événéments, etc.- afin de gérer le déplacement de bout en bout en une seule application. « Ce nouveau type de contenu, associé à des conseils et des bonnes pratiques, coûte plus cher à produire, admet-elle. Mais il permet d’obtenir un retour sur investissement beaucoup plus intéressant. »

2/ Encourager l’usage grâce à l’app indexing

Mais bâtir une application utile ne suffit pas. Pour s’assurer que les utilisateurs l’utilisent régulièrement, Emmanuel Beurq, consultant senior chez Activis, mise sur « l’app indexing ». Cette opération de référencement consiste à lier l’application d’une entreprise à son site mobile et permet de rappeler au mobinaute qu’il dispose d’une application mobile qui répond à ses besoins. Lorsque ce dernier tape un mot-clef proche du secteur d’activité de l’entreprise, le moteur de recherche Google proposera ainsi à l’utilisateur de se diriger vers le site mobile de l’entreprise, mais il lui proposera également de télécharger l’application mobile, ou de l’utiliser s’il l’a déjà installée. « Augmenter la porosité entre l’application et le site mobile réduit l’effort utilisateur et permet d’augmenter son taux d’engagement », assure Emmanuel Beurq. Cela permet également d’améliorer le positionnement de l’application dans la la librairie d’applications Google Play. En effet, plus l’application sera téléchargée dans un court laps de temps, mieux celle-ci sera positionnée. Mais l’opération nécessite de créer un parfait parallélisme entre l’application et du site mobile, afin de pouvoir placer sur le site des liens profonds pointant vers l’application.

3/ Promouvoir l’application

Tout comme pour les sites internet, l’achat de mots-clefs existe également pour les applications mobiles. L’entreprise peut ainsi pousser l’utilisateur à mettre à jour l’application ou promouvoir de nouvelles fonctionnalités. « L’achat d’adwords sur Google est particulièrement intéressant en cas d’abandon de panier, afin de réengager l’utilisateur dans la finalisation de la commande », insiste Emmanuel Beurq. L’expert recommande également d’inciter les utilisateurs à noter l’application dans Google Play, afin de la faire gagner en visibilité.
En savoir plus

Régie publicitaire mobile : Mister Bell sort une offre vidéo

Par Florence GUERNALEC, 17/05/2013 pour ecommercemag.fr
Régie publicitaire mobile : Mister Bell sort une offre vidéoMister Bell permet aux annonceurs de lancer des campagnes vidéos sur mobile.

La consultation de vidéos sur smartphones représente plus de la moitié du trafic de l’Internet mobile selon une étude Cisco de février 2013. Dans ce contexte, la régie publicitaire mobile à la performance, Mister Bell propose, aux annonceurs, de mener des campagnes vidéos sur mobile.

Le format vidéo nécessite des livrables spécifiques, une création propre au mobile et génère des résultats difficilement décryptables qui sont autant de freins pour les agences et annonceurs. Mister Bell répond à ces problématiques d’implémentation technique pour faciliter la mise en place de campagnes vidéo sur mobile.

 » … Nous sommes aujourd’hui capables de prendre en charge n’importe quel format de vidéo, de l’inscrire dans un interstitiel choisi par notre client, de le diffuser sur une audience déterminée et d’en extraire les KPIs au travers d’un reporting clair « , assure François Cusset, marketing product director chez Mister Bell.

Créé en juillet 2010 par Philippe Lourenço, Mister Bell revendique, aujourd’hui, un réseau puissant avec un inventaire constitué de milliers d’applications et de sites mobiles à gros trafic, structurés en packs ciblés (femme, homme, jeune, sport, entertainment, finance). Mister Bell garantit, ainsi, aux annonceurs un trafic qualifié grâce à une segmentation précise de sa data (sur mobile). Avec son modèle basé sur la performance, la régie publicitaire mobile s’engage sur les résultats

 

Tendances eMarketing 2013

adobeRapport trimestriel Digital Intelligence Briefing: Tendances numériques pour 2013
  • L’année du contenu : création, optimisation et commercialisation
    augmentation des conversions à partir des médias achetés et propriétaires
  • CMO et CXO ? Le rôle du marketing pluridisciplinaire dans la gestion de l’expérience client
  • Les clients multi-canaux, une armée en marche : les priorités d’une clientèle nomade

Source Offremedia.com pour Le JDN, le 09/04/13

Profils digitaux

Orange Advertising segmente les Digital Premium en 4 profils avec Ipsos

Orange Advertising segmente les Digital Premium en 4 profils avec Ipsos

Orange Advertising a réalisé avec Ipsos MediaCT une étude destinée à mieux identifier les «Digital Premium». La cible est constituée de CSP++ accédant à Internet à la fois sur ordinateur et sur smartphone/ou tablette numérique, soit une population de 3,3 millions d’individus selon la régie. L’étude dégage une typologie en 4 profils : les «Trend Setters» (22% de la population) ; les «Trend Followers» (40%) ; les «So Chics» (15%) et les «Digital Classics» (23%). Ces catégories se «caractérisent par des comportements et des attentes bien spécifiques, liés à leurs valeurs d’attachement au luxe et à la technologie», relève Orange Advertising.

Source offremedia.com le 06/05/13

Dossier M – commerce

1 – Le m-commerce en pleine métamorphose
Deux supports se livrent une guerre silencieuse en m-commerce. Les tablettes gagnent peu à peu du terrain sur les smartphones, dont l’hégémonie est sérieusement menacée. Pour l’heure, le mobile tire encore son épingle du jeu grâce à l’émergence de stratégies gagnantes. Lire »

2 – Le m-paiement, enjeu-clé du commerce mobile
Sans moyen de paiement spécifique pour mobiles, pas de m-commerce. Une évidence, mais en réalité, c’est un secteur composé d’acteurs relativement jeunes, mais déjà en pleine effervescence. Lire »

3 – Le mobile, canal majeur pour Rue du Commerce
Rue du Commerce a renouvelé ses applications mobiles en misant sur une offre produits pléthorique et des outils de personnalisation. L’ambition: générer 50 % de son CA global depuis le canal de vente mobile d’ici deux ans. Lire »

4 – Le mobile, pierre angulaire de la stratégie de Bazarchic
Le spécialiste de la vente privée de produits haut de gamme place le m-commerce au coeur de sa stratégie de développement. Avec 65 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 10% depuis les mobiles, Bazarchic a mis en place une batterie d’innovations afin de pérenniser ces bons résultats.

5 – Le mobile droit au But
Présente sur iPhone, Android, et plus récemment sur iPad, l’enseigne d’ameublement But multiplie ses développements, pour faire du commerce mobile un redoutable apporteur d’affaires.

6 – Tout sur les usages des tablettes par les Français
La tablette séduit plus les hommes que les femmes, davantage les 16-34 ans, et s’utilise plusieurs fois par jour. Prixtel et Ipsos révèlent les résultats de leur étude sur les usages des tablettes numériques par les Français.
7 – Trois questions à Isabelle Pinson, directrice générale d’Expedia.fr
« Un voyageur doit pouvoir finaliser la totalité d’une réservation en quelques clics « , a déclaré Isabelle Pinson, directrice générale d’Expedia.fr à la rédaction d’E-commerce Magazine. Trois questions, à découvrir.

En chiffres : le m-commerce au beau fixe aux États-Unis et en EuropeLe m-commerce, aux États-Unis, a généré pas moins de 24 milliards de dollars en 2012, dont 9,86 milliards depuis les smartphones et 13,86 milliards depuis les tablettes numériques.

Dossier ecommercemag.fr, avril 2013